Le grenelle des violences faites aux femmes



Ne parlez plus de "crime passionel". Il n'y a rien de passionnel quand une personne tue son conjoint, et la plupart du temps, c'est une femme qui en est la victime. L'électrochoc semble avoir eu lieu et les pouvoirs publics semblent vouloir prendre la mesure du problème. On en parle avec Isabelle Aymard (DDCSPP de l'Ariège), Nicole Surre, déléguée aux Droits des Femmes, Joëlle Bassi (CIDFF) et Valérie Piquemal (Conseil Départemental) dans un Politique del Païs spécialement dédié au sujet.




27 vues