Lola Sanchez défend la République Catalane

Cette militante est venue à la radio pour dénoncer le déni démocratique qui est fait à l’encontre du peuple catalan, selon elle. L’attitude d’un gouvernement “d’extrème droite” n’est selon elle pas sans rappeler celle du pouvoir franquiste. Depuis l’Ariège elle voulait que la République catalane soit aussi un sujet. Voici son point de vue.

Share Button
Posté par transparence, le 5 novembre 2017 à 7:32 | Politique del Païs
mercie dit :

C’est quand même grave, l’interviewer ne semble pas du tout scandalisé par la répression de la catalogne par le gouvernement espagnol !!!
Ce serait normal, légitime, légal !!!
Aucun gouvernement ne dénonce cette violence :
ce n’est pas parce qu’on comprend que le joug européen leur interdit de défendre la démocratie et de dénoncer les violences espagnoles qu’il faut trouver cela normal ni même le cautionner.
Conclusion : des médias qui se font l’avocat du diable, ce n’est pas de l’info mais de l’intox.

transparence dit :

Madame, l’interview répond à quelques règles, non pas de neutralité, ce serait très hypocrite de vous écrire ça, mais au moins d’esprit critique. Lorsque l’on reçoit un militant, il voit le monde avec des yeux militants. L’interviewer a le devoir de ne pas le laisser ronronner dans ses certitudes mais de le titiller afin de lui permettre de répondre aux objections que peuvent lui opposer les auditeurs.
Ca permet aussi de s’indigner et de rendre l’interview plus rythmée et donc aux propos de la personne de mieux défendre leurs thèse.
C’est ce que vous appelez se faire l’avocat du diable et de l’intox. Je regrette que vous le voyiez comme ça, mais c’est votre droit.
J’ajoute que nous étions très réticents à l’idée de cette émission, car notre expertise se limite à notre biotop (l’Ariège). La Catalogne peut nous intéresser individuellement mais qui suis je pour nourrir des certitudes sur ce qui s’y passe (en tant que journaliste local). Ca n’empêche pas de penser en son for intérieur, mais je ne pense pas que les auditeurs n’aient le moindre intérêt pour mes idées politiques.
Je pourrais partager quelques notions sur la question d’intox. Que je sache, nous avons offert une tribune à une partie et pas à l’autre et vous n’en retenez que la qualité de l’interview. Qu’en penseraient les militants du PPE espagnol ?
Espérant que ce petit précis permettra de revoir votre commentaire et votre vision sur mon métier…