Les anti-ours tendent la main à l’Etat

C’est en ces termes que Philippe Lacube a présenté une proposition faite par voie de presse aux pouvoirs publics: « sauver l’ensemble de l’activité économique de la chaine en sacrifiant une partie de celle ci ». Un crêve coeur pour l’ASPAP mais aujourd’hui toute autre solution est inapplicable selon l’association et ne rien faire mettrait les Pyrénées en état de guerre.

Retour aussi sur l’expertise au port de Saleix pendant laquelle des agents de l’Etat auraient été pris à partie par des éleveurs, une affirmation que l’ASPAP rejette en bloc.

Share Button
Posté par transparence, le 15 septembre 2017 à 11:51 | Impromptu d'info